Auray au fil des siècles

 

 

Place St-Sauveur vers 1930 (AMA 4Fi202)Chapelle du St-Esprit vers 1910 (AMA 4Fi99)Gravure de l'intérieur des halles au 19e (AMA 2 Fi13)




Le pont de la Terre Rouge, gravure du 19e (AMA 2Fi1)

  • Comme de nombreuses villes du littoral breton, Auray s'installe au Moyen Age au fond d'une ria, sur un promontoire où l'édification d'un château favorise la protection du territoire et des voies de communication alentour.
    Deux quartiers voient ainsi le jour. L'un au pied de la forteresse, rassemblé autour du port et d'une chapelle dédiée au Saint Sauveur. L'autre derrière le château, concentré autour de la cohue et du prieuré Saint-Gildas.

 




La bataille d'Auray de 1364, gravure sur bois (AMA BH3)



  • La forteresse qui, dans un premier temps, se limite à un donjon aurait été remplacée par une construction plus imposante en 1201 à l'initiative d'Arthur 1er, duc de Bretagne. Mais de cette résidence ducale, il reste peu d'éléments. Elle perd de son importance lors du rattachement de la Bretagne à la France en 1532 et, abandonnée, elle est finalement démantelée en 1560.


Au nord de la ville, se déroule en 1364 la bataille d'Auray qui met fin à la guerre de succession de Bretagne qui opposait Jean de Montfort à Charles de Blois pour l'accession au duché.





  • Le pont d'Auray, gravure de Robida du 19e (AMA 2Fi7)Le port d'Auray porte le nom de "Saint-Goustan", patron des marins et des pêcheurs. Profitant largement de ses atouts, celui-ci s'épanouit dès le XVème siècle pour connaître une période faste au XVIIème siècle. De cet âge d'or, il reste un certain nombre de maisons à colombages. Toutefois, au siècle suivant commence l'inéluctable déclin du port.
    La création de celui de Lorient vers 1665 et le déploiement de nouveaux réseaux routiers depuis Vannes et Hennebont constituent de sévères concurrents. L'arrivée du chemin de fer en 1862 puis la déviation de la route nationale en 1865 sonnent ses dernières heures.

 

 

Avenue du Général De Gaulle vers 1930 (AMA 4Fi303)




  • L'activité économique se déplace alors de l'autre côté de la ville, autour de la gare. Source de travail, celle-ci donne naissance à un nouveau quartier dont le dynamisme ne décroît qu'à la fin des années soixante.






  • Aujourd’hui, Auray est constituée de quatre grands quartiers : Saint-Goustan, le cœur historique, la Gare et Kerléano. Chacun a une histoire qui lui est propre et une identité bien vivante que les habitants ont cœur à entretenir.

 

Des hommes qui ont fait l’histoire d’Auray, il faut retenir :

  • Benjamin Franklin. Diplomate, inventeur, scientifique, il débarque à Auray le 3 décembre 1776 en vue de rejoindre Versailles pour négocier un traité d’alliance avec Louis XVI. L’aide de la France permettra aux Américains de parvenir à l’Indépendance des Etats-Unis.

    Auray : mausolée de G. Cadoudal entre 1915 et 1925
  • Georges Cadoudal. Il naît au hameau de Kerléano le 1er janvier 1771 dans une famille de paysans aisés. Après avoir rallié dans un premier temps les idées révolutionnaires, il bascule dans le camp de la chouannerie. Il prend la tête de l’Armée Royale et Catholique de Bretagne. Après une tentative de complot contre Napoléon, il est arrêté et guillotiné à Paris en 1804.


  • Jean Royère. Issu d’une famille aisée, Jean Royère débute sa carrière de décorateur à l’âge de 29 ans, sans formation particulière. Il obtient sa première commande en 1933 : le bar du Carlton sur les Champs - Elysées. Au sortir de la seconde guerre, il crée son entreprise et ouvre des agences dans de nombreux pays : Liban, Egypte, Syrie…devenant ainsi le décorateur des souverains du Moyen-Orient dont le Shah d’Iran.

 Il ne faut pas oublier :

  •  les ducs de Bretagne, fondateurs de la ville
  •  les marchands et armateurs, garants de la dynamique économique
  •  les cheminots qui ont contribué à l’ouverture de la ville sur l’extérieur.

 

 

Costume d'Auray en 1843 (AMA 2Fi2) Portrait de Benjamin Franklin (AMA 2 Fi25)Porche de l'église St-Gildas vers 1920 (AMA 4 Fi166)Croix St-Fiacre à St-Goustan 19e (AMA 3 Fi916)