Inventaire des zones humides

Auray : le ruisseau du Reclus

Réalisé entre juin 2010 et juin 2011, l'inventaire des zones humides a été officiellement validé par le Conseil municipal du 27 février 2012. Ces résultats seront intégrés au Plan local d'urbanisme lors de sa révision.

Qu'appelle-t'on zones humides ?

Il s'agit "des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l’eau est stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, y compris des étendues d’eau marine dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres". Cette définition est celle de la convention internationale de Ramsar qui dès 1971 vise la conservation et la gestion rationnelle des zones humides et de leurs ressources.

Ces milieux abritent en effet une biodiversité foisonnante (batraciens, poissons, oiseaux, espèces végétales...) tout en fournissant à l'homme un bien précieux : l’eau.

Quelle méthode ?

Pour mener ce recensement à Auray, La commune a été accompagnée par le syndicat mixte du Loc'h et du Sal. Ce dernier a mandaté les experts du bureau d'étude Dervenn qui ont parcouru les 691 ha alréens.

Ils se sont appuyés sur la connaissance et la mémoire d'interlocuteurs locaux tels que les agriculteurs, les pêcheurs, les chasseurs et autres fins connaisseurs du territoire.

Tout au long de la démarche, cette prospection était d'ailleurs suivie par un comité de pilotage réunissant ces professionnels ou membres d'associations ainsi que des élus et techniciens des services municipaux.

Quels résultats ?

12370 mètres de cours d'eau ont été répertoriés.

26,84 ha de zones humides ont été recensées sur l'ensemble du territoire communal. Elles comprennent principalement :
- 8,59 ha de boisements humides,
- 7,88 ha de vasières,
- 3,99 ha de prairies humides,
- 3,23 ha de mégaphorbiaies (prairie dense de roseaux et de hautes plantes herbacées vivaces située en zone alluviale).

Le Loc'h, bordé de vasières et de roselières est un des milieux aquatiques les plus intéressants de la commune. Celui qui, dans son aval, devient la rivière d'Auray est donc à protéger.

Il en va de même pour ses affluents et autres petits cours d'eau temporaires. Ces derniers rendent en effet de précieux services écologiques en terme de régulation du climat, de l’hydrologie, des pollutions et de prévention d’événements naturels comme les inondations ou la sécheresse.

Télécharger le plan des zones humides à Auray (format Pdf - 2,4 Mo)